La Guerre du Viêtnam (1955-1975) : une étude des intérêts de la République Populaire de Chine (RPC) entre 1966 et 1969

L’historiographie : des histoires des relations internationales

L’élargissement des horizons de recherche et l’éclatement de la Troisième Guerre d’Indochine poussent les historiens et historiennes qui s’intéressent à l’histoire de la Guerre du Viêtnam à réévaluer cette même histoire. Les histoires des relations internationales dédiées au conflit et publiées avant 1980 portent sur l’opposition américano-nord-vietnamienne en accordant un rôle prédominant à la politique américaine, à ses enjeux géostratégiques et à ses intérêts économiques. Le spectre de la Guerre Froide y joue également un rôle prépondérant. Ces ouvrages présentent fréquemment la Guerre du Viêtnam comme un théâtre militaire de la Guerre Froide et des tensions entre les États-Unis et l’URSS. Cette conception d’une Guerre du Viêtnam influencée par les tensions bipolaires est réévaluée à la suite des années 1980. L’accès à de nouvelles sources d’informations suscite une nouvelle interprétation de l’histoire du conflit. Ces sources contribuent identifie les pays impliqués dans le conflit et les déterminants internes de leurs politiques étrangères. L’image d’un conflit multipolaire se substitue progressivement à celle d’un conflit bipolaire. Selon cette nouvelle interprétation, la RPC joue un rôle important, à savoir celui d’un belligérant. La présente recherche s’insère dans cette mouvance.

De bipolarité à multipolarité : les nouvelles histoires de la participation chinoise

Au cours des années 1990, les recherches historiques portant sur le conflit identifient progressivement la Guerre du Viêtnam comme étant un conflit multipolaire. Ces recherches étudient les relations interétatiques et les rapports de force entre les différents pôles du conflit, particulièrement ceux que constituent les alliés communistes de la RDV. Pour certains historiens et historiennes, la participation de la RPC au conflit soulève plusieurs questions quant aux enjeux déterminants de la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois. Ces questions occupent peu à peu un espace considérable dans la manière de concevoir et de présenter l’histoire de la Guerre du Viêtnam. À l’aube du 21e siècle, il est même possible de parler d’un courant historiographique propre à la participation chinoise au conflit. Cependant, il n’existe pas de consensus unilatéralement accepté quant aux intérêts de la RPC dans la Guerre du Viêtnam, et ce, en dépit du nombre important d’ouvrages constituant ce courant historiographique. L’accès à des sources inédites a permis de détailler avec précision l’étendue de la participation de pays communistes au conflit, particulièrement celle de l’URSS et de la RPC. Plusieurs interprétations se côtoient en ce qui a trait au rôle et aux intérêts de la RPC dans la Guerre du Viêtnam. Ces interprétations sont parfois divergentes, parfois convergentes et, d’autres fois, tout simplement contradictoires.

Les différentes interprétations : l’influence d’enjeux domestiques, régionaux et internationaux

L’historiographie de la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam identifie différents déterminants à la présence chinoise au Viêtnam entre 1966 et 1969. Selon les interprétations, les dirigeants chinois élaborent leur politique étrangère vietnamienne en considérant trois déterminants entre 1966 et 1969 : les enjeux domestiques, les enjeux régionaux et les enjeux internationaux. Selon l’interprétation retenue, un de ces enjeux, parfois deux, permet d’expliquer pourquoi la RPC soutient la RDV.

Ainsi, selon certaines interprétations, des enjeux domestiques influencent directement les décisions prises par les agents d’État chinois et, par conséquent, le soutien chinois à la RDV. Toujours selon ces interprétations, la révolution continuellement menée par le chef de l’État chinois Mao Zedong, depuis sa victoire sur les forces nationalistes de Chiang-Kai Shek en 1949, détermine l’envergure de la participation chinoise au Viêtnam. Or, le déclenchement de la Révolution Culturelle en 1966 influence directement l’implication chinoise au Viêtnam. Lorsque la Révolution Culturelle suscite des critiques internes, l’État chinois se concentre sur la gestion de ces problèmes et, du coup, accorde moins d’importance au conflit vietnamien. Selon ces interprétations, les enjeux domestiques de l’État chinois influencent les transformations observées dans la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam entre 1966 et 1969.

Des étudiants chinois lors du déclenchement de la Révolution Culturelle, 1966. Jean Vincent, AFP, Getty Images.

D’autres historiens et historiennes accordent davantage d’importance aux enjeux régionaux dans leurs interprétations de la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam. Selon eux, les enjeux régionaux expliquent le soutien chinois à la RDV entre 1966 et 1969. La chute du Parti Communiste Indonésien en 1965, par exemple, incite le gouvernement chinois à s’investir davantage dans le conflit vietnamien dans les années subséquentes. L’émergence d’une vision hégémonique des dirigeants nord-vietnamiens pour l’Indochine durant les dernières années de 1960 constitue également un enjeu régional mis de l’avant. Cet enjeu pousse ainsi le gouvernement chinois à réévaluer sa politique étrangère vietnamienne et, du coup, son soutien à la RDV entre 1966 et 1969. Lorsque les intérêts des dirigeants chinois sont mis de côté par les dirigeants nord-vietnamiens, la « brotherly alliance between comrades » se détériore. Selon ces interprétations, les enjeux régionaux de la RPC influencent directement les décisions internes de l’État chinois et, par conséquent, sa présence dans la Guerre du Viêtnam entre 1966 et 1969.

Norodom Sihanouk (gauche) et Zhou Enlai (droite), 1967. Xinhua News Agency.

Une autre interprétation mise de l’avant par l’historiographie de la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam propose que la politique étrangère nord-vietnamienne du gouvernement chinois consiste en « largely a function of the two countries’ relations with the two superpowers ». Selon cette interprétation, les enjeux internationaux de l’État chinois influencent la présence chinoise au Viêtnam entre 1966 et 1969. Parmi ces derniers, deux enjeux influencent la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois. Le premier de ces enjeux suggère que « Chinese leadership’s view that the Soviet Union constituted a greater threat to Chine than did the United-States » alors que le second concerne uniquement la position de la RPC sur la scène internationale. Dans le premier cas, la présence et l’influence soviétique au Viêtnam, de pair avec la présence militaire soviétique au nord de la RPC, constituent le déterminant qui influence les décisions chinoises en matière de politique étrangère vietnamien ainsi que sa présence au Viêtnam entre 1966 et 1969. Dans l’autre cas, la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois reflète sa stratégie politique adoptée en vue d’obtenir une position d’envergure sur la scène internationale. L’obtention d’un siège au Conseil de Sécurité des Nations Unies fera partie des démarches entreprises afin d’occuper cette position.

Rencontre du Président des États-Unis et du Premier Ministre chinois Zhou Enlai, 21 février 1972. White House Photo Office Collection (Nixon administration).

Saisir la complexité de la position chinoise

La présente recherche place au cœur de son propos ces différentes interprétations à parts égales, car elles sont toutes en jeu durant la période comprise entre 1966 et 1969. Face à l’absence d’un consensus unilatéralement accepté par la communauté historienne, cette recherche tente d’en proposer un, à savoir que la RPC soutient la RDV entre 1966 et 1969 en raison d’enjeux domestiques, régionaux et internationaux. Ainsi, cette recherche étudie les différentes interprétations de la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam entre 1966 et 1969 sans accorder de préséance à l’une ou l’autre d’entre elles, mais plutôt en bénéficiant de l’ensemble des manières de raconter l’histoire de la participation chinoise au conflit. Il est donc question de produire une recherche fidèle aux avancées réalisées depuis la décennie 1980, en nuançant les prises de position occasionnellement mises de l’avant, notamment celles où un enjeu prédomine.