La Guerre du Viêtnam (1955-1975) : une étude des intérêts de la République Populaire de Chine (RPC) entre 1966 et 1969

Soldat chinois qui surveillent la frontière avec la RDV, 1969. Xinhua News Agency.

La problématique

Une rencontre bilatérale entre les gouvernements chinois et nord-vietnamien se tient à Pékin le 17 novembre 1968. Le chef d’état chinois Mao Zedong, accompagné du Premier Ministre Zhou Enlai, annonce à ses contreparties nord-vietnamiennes, le Premier Ministre Pham Van Dong entre autres, qu’il rapatrie l’effectif militaire chinois présent au Viêtnam depuis 1964. Durant les derniers mois de 1968 et les premiers de 1969, alors que la Guerre du Viêtnam s’envenime, la Chine retire son soutien militaire du territoire vietnamien. Une large part des soldats chinois présents au Viêtnam quittent la RDV et les contributions financières chinoises à l’effort de guerre nord-vietnamien dégringolent. Ces différentes contributions constituaient les piliers du soutien du gouvernement chinois à la RDV. Puis, au printemps 1969, la Chine fait volte-face et accorde de nouveau son soutien à l’effort de guerre de la RDV.

Entre objet d’étude et hypothèse

La présente recherche porte ainsi sur la participation de la RPC à la Guerre du Viêtnam et s’intéresse particulièrement aux intérêts qui motivent le gouvernement de la RPC à participer au conflit entre 1966 et 1969. Cette étude des relations internationales axée sur la relation bilatérale entre l’État chinois et l’État nord-vietnamien prend pour objet d’étude la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois pendant ces quatre années. La politique étrangère du gouvernement chinois établit directement les paramètres de la présence chinoise au Viêtnam. Les changements visibles entre 1966 et 1969 dans la participation chinoise au conflit tel qu’énoncé précédemment soulèvent des questions importantes. Quels étaient les intérêts des dirigeants chinois au conflit ? Plus spécifiquement, quels sont les déterminants internes à l’État chinois qui conduisent ces dirigeants à modifier la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam le 17 novembre 1968 ?

Cette recherche identifie à l’aide d’un corpus de sources dédié aux propos des dirigeants chinois entre 1966 et 1969 les éléments positifs et négatifs qu’ils attribuent aux déterminants internes de l’État chinois. Ainsi, cette recherche se concentre sur le rôle des acteurs gouvernementaux dans le processus d’élaboration et d’administration de la politique étrangère et dans les interactions interétatiques sino-nord-vietnamiennes. Le rôle joué par le chef de l’État chinois Mao Zedong, le Premier Ministre chinois Zhou Enlai, le chef de l’État nord-vietnamien Hô Chi Minh et du Premier Ministre nord-vietnamien Pham Van Dong occupe un espace prépondérant dans ce processus d’élaboration et d’administration effectué entre 1966 et 1969.

La présente recherche soutient que les décisions internes de l’État chinois prises entre 1966 et 1969 révèlent l’opportunisme des agents d’État chinois. La participation de la RPC à l’effort de guerre nord-vietnamien est changeante selon la manière dont les agents d’État chinois interprètent les enjeux domestiques, régionaux et internationaux. Ces décisions influencent directement la participation chinoise à la Guerre du Viêtnam entre 1966 et 1969 sans toutefois constituer une ligne directrice cohérente pour la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois.

Zhou Enlai et la délégation chinoise à Paris, 1954. Collection personnelle de Shi Zhe.