La Guerre du Viêtnam (1955-1975) : une étude des intérêts de la République Populaire de Chine (RPC) entre 1966 et 1969

Le corpus de sources

Quarante-six documents forment le corpus de sources de cette recherche. Ces sources relatent des événements ayant eu lieu entre 1966 et 1969. Elles sont toutes produites dans un contexte d’interaction diplomatique bilatérale. Les gouvernements qui interagissent sont soit ceux de la RPC, soit ceux de la RDV, à part une exception près. Ces sources sont aujourd’hui accessibles par le biais des archives numérisées du Cold War International History Project (CWIHP) du Woodrow Wilson International Center for Scholars (WWICS).

Vingt-sept sources sont produites par le gouvernement chinois. Ces dernières sont, à l’exception d’une source, des transcriptions de conversations bilatérales entre les acteurs gouvernementaux de la RPC et de la RDV. Pour les autres dix-neuf sources, six d’entre elles proviennent des archives allemandes, deux des archives polonaises, deux des archives russes et neuf des archives vietnamiennes. À cet effet, deux notes diplomatiques, quatre transcriptions de conversation bilatérale, une lettre diplomatique, un mémorandum, six télégrammes, trois rapports internes, un accord et une entrée de journal personnel d’un agent diplomatique composent les dix-neuf sources qui ne sont pas des transcriptions de conversations bilatérales sino-nord-vietnamiennes sont.

Les dix points du Front National de Libération vis-à-vis une solution pour la question de la République du Viêtnam (Viêtnam Sud), 8 mai 1969. Il s’agit d’un exemple des documents traduits et mis en ligne par le CWIHP. Archives #114436.

Certaines considérations

Ces sources ont toutes été filtrées et sélectionnées à maintes reprises et sur plusieurs niveaux. La nature officielle des sources leur confère une certaine notoriété. Cependant, il est impératif de considérer l’aspect filtré et sélectionné des sources. Dans certains cas, les sources sont incomplètes. La rupture dans le dialogue révèle l’absence de certaines portions. La consultation des sources doit donc se faire en tenant compte que les gouvernements impliqués dans ces sources ont choisi d’y laisser certains passages, d’en effacer d’autres ou de simplement ne pas les rendre disponibles.  De plus, ces documents ont tous été traduits en anglais. Dans plusieurs cas, ce travail de traduction a été réalisé par le même historien ou la même historienne qui s’est rendu(e) aux archives nationales en question. À ces considérations s’ajoute celle du financement de ces activités de recherche et de traduction. Les rôles joués par le traducteur et par l’organisation responsable des activités de recherche et de traduction doivent également être considérés, avant même, d’aborder le contenu des sources. Néanmoins, comme plusieurs historiens et historiennes l’ont mentionné, même en considérant ces aspects des sources, ces dernières constituent un des gisements d’information accessibles permettant d’améliorer et d’approfondir les connaissances sur la Guerre du Viêtnam, ses acteurs et leurs interactions.

Les quarante-six documents utilisés révèlent les intérêts du gouvernement chinois et de ses dirigeants à l’égard de la Guerre du Viêtnam entre 1966 et 1969. Ces documents contiennent également les détails permettant de comprendre le processus d’élaboration et d’administration de la politique étrangère vietnamienne du gouvernement chinois entre 1966 et 1969. L’analyse historique de la politique étrangère de la RPC durant cette période doit inévitablement prendre en considération les témoignages offerts par ces documents, et ce, en dépit des désavantages mentionnés, car leur analyse révèle de manière précise certains intérêts des dirigeants de la RPC. Cela dit, cette recherche accorde beaucoup d’importance au contexte dans lequel les propos sont émis. Il est donc nécessaire de garder en tête, par exemple, que le gouvernement chinois opérait alors en fonction d’un « interpretive lens of strategic culture » influencée par l’idéologie hégémonique du chef d’État chinois Mao Zedong.

Quelques exemples

Ces quarante-six sources révèlent par leurs propos une multitude d’intérêts de la part du gouvernement chinois entre 1966 et 1969.  Quelques exemples permettent d’illustrer le propos. Ainsi, dans un segment de la transcription de la rencontre bilatérale du 23 août 1966 à Beijing, par exemple, Zhou Enlai dicte à son homologue, Pham Van Dong, que les dirigeants nord-vietnamiens doivent : « conduct[ing] a protracted war in the South, preventing the war from expanding to the North and to China…My fundamental idea is that we should be patient. Patience means victory ». Le premier ministre chinois offre aussi : « to send some Chinese military personnel serving in command staffs, logistics, chemistry, engineering, political training forces ». À une autre occasion, cette fois-ci le 10 avril 1967, le Premier Ministre chinois aborde plutôt des stratagèmes politiques en proposant que : « war is the continuation of politics in its highest form, it is this impossible to wage war without conduction political struggle. To strengthen international propaganda, to win sympathy, to weaken and divide enemies, and to utilize the contradictions between the enemies are all different forms of political struggle. You have done this in the past. You should continue to do this in the future ». Lors d’une rencontre le 7 février 1968, Zhou Enlai suggère à Hô Chi Minh d’utiliser «the strategy of night fighting and short-distance fighting, so that the enemy’s bombers and artillery fire will not be in a position to play a role ». Durant la même rencontre, Zhou Enlai suggère également de créer des « underground galleries ». À partir du 3 avril 1968, date où les dirigeants de la RDV acceptent de négocier avec les États-Unis, les différents intérêts soulevés par les propos des dirigeants chinois disparaissent. Il devient question uniquement d’un thème : les négociations de la RDV avec les États-Unis.  Le 13 avril 1968, par exemple, Zhou Enlai déclare à son homologue nord-vietnamien : « I said many times last year and two years ago that negotiations could take place during the war. At a certain point, negotiations can begin. Comrade Mao Zedong also reminded Comrades Le Duan and Pham Van Dong of negotiating, but from a stronger position. But with your statement, it has been seen that your position is now weaker, not stronger ». Ces citations, issues de quatre documents différents, révèlent les variations des intérêts du gouvernement chinois entre 1966 et 1969. Le corpus de sources proposé est suffisamment abondant pour supporter une hypothèse pertinente pour la problématique proposée, telle que mentionnée précédemment à la section 3.