La Guerre du Viêtnam (1955-1975) : une étude des intérêts de la République Populaire de Chine (RPC) entre 1966 et 1969

La méthode d’analyse

La présente recherche propose d’employer une analyse sur trois échelons. Cette méthode d’analyse permet de traiter les éléments descriptifs, de contenu et de dispositif des documents composant le corpus de sources. Les trois échelons permettent donc de prendre en compte les aspects thématique, conceptuel, analytique et contextuel de chaque document retrouvé dans le corpus de sources. L’objectif derrière cette analyse est de permettre l’identification précise des données nécessaires à la formulation d’une hypothèse soumise à validation empirique.

Le corpus de sources proposé dénombre peu de sources.  Leur caractère disparate ne permet pas de réaliser une mise en série même lorsqu’il est question des transcriptions de conversation bilatérales sino-nord-vietnamiennes. Ainsi, la méthode d’analyse proposée est principalement qualitative. À cet effet, la méthode d’analyse proposée tente de servir de « carte cognitive » permettant d’identifier les éléments davantage symboliques retrouvés dans le choix des visées de politique étrangère des dirigeants à l’étude.

Une analyse sur trois échelons

Le premier échelon d’analyse se consacre aux critères d’ordre descriptifs. Ces derniers permettent d’identifier précisément le portrait général du document en se questionnant sur sa chronologie, son origine, sa production et sa forme. Le premier critère de datation permet de repérer chronologiquement le document. Le deuxième critère est le titre du document. Ce dernier contient fréquemment de l’information sur la nature du document, ses interlocuteurs et son contenu. Le troisième critère est purement thématique : il a pour objectif d’identifier généralement le type de soutien abordé. Le quatrième identifie le type de document, c’est-à-dire s’il s’agit d’une version originale, d’une reproduction du document original ou d’une traduction d’une reproduction. Le cinquième critère porte sur le genre de document. Il consiste à identifier son genre parmi les neuf différents genres de documents retrouvés dans le corpus. Les deux critères suivants concernent l’émetteur et le récepteur du document. Ces derniers possèdent une réponse double, car, le cas échéant, il est nécessaire d’identifier l’émetteur du document original et de la version traduite ou reproduite.

Le deuxième échelon d’analyse discerne les informations retrouvées dans le contenu du document consulté. Le premier critère a pour objectif d’identifier la localisation géographique de l’événement décrit par le document. Le deuxième critère concerne les acteurs gouvernementaux auxquels réfère le document. Ces acteurs sont parfois des individus, parfois des groupes, parfois un corps politique ou une institution, mais ils représentent toujours un même gouvernement. Le troisième critère aborde les thématiques des contenus évoqués dans le document.

Le troisième échelon d’analyse identifie les éléments de dispositif des documents. Le premier critère fait état des objectifs sous-entendus dans les documents. Si un document présente un aspect qui n’a pas été abordé auparavant, ce critère permet de l’identifier. Si le document s’insère, par exemple, dans une conjoncture particulière, il est pertinent de le mentionner. Autrement dit, ce critère a pour objectif de discerner les « subtilités vocabulaires […] en respectant les significations de l’époque ». Il s’agit également d’une opportunité pour mentionner si le contenu du document traite d’un événement passé, actuel ou futur. Le deuxième critère porte sur l’organisation du document. Il tente de discerner, le cas échéant, la structure schématique du document. Le troisième critère concerne le contexte du document, à savoir les circonstances entourant l’événement qu’il relate.

L’historiographie portant sur la participation chinoise au conflit et divers guides méthodologiques ont été consultés afin d’élaborer la méthode d’analyse proposée. Ces derniers jouissent d’une influence particulière dans cette recherche, car peu d’ouvrages historiques offrent des détails tangibles quant à leurs méthodes d’analyse. Cela dit, de nombreux ouvrages portant sur le sujet identifient des éléments similaires à ceux issus de cette méthode d’analyse. Ainsi, il est possible de présumer que le processus d’analyse proposé est semblable à celui effectué par d’autres historiens et historiennes.