La Guerre du Viêtnam (1955-1975) : une étude des intérêts de la République Populaire de Chine (RPC) entre 1966 et 1969

Corps de la recherche : entre structure et grandes lignes

La présente recherche propose six étapes afin d’identifier les déterminants internes de l’État chinois qui influencent sa politique étrangère vietnamienne entre 1966 et 1969 et, par conséquent, sa participation à la Guerre du Viêtnam durant cette même période. La première étape consiste en une mise en contexte. Cette étape vise à présenter l’histoire de la relation et de la coopération sino-vietnamienne avant 1966. Il s’agit en un sens des prémisses de la participation chinoise au conflit entre 1966 et 1969. Le cadre spatio-temporel de cette mise en contexte va des années 1920 à la fin de 1965. Ainsi, il est possible de présenter la montée au pouvoir des dirigeants à l’étude et certains des événements marquants pour la relation sino-nord-vietnamienne, par exemple la fin de la Deuxième guerre mondiale en Chine et en Indochine, la Première guerre d’Indochine (1945-1954) et les accords qui en découlent.

Les quatre étapes suivantes de cette recherche sont dédiées au soutien politique, économique et militaire de la RPC à la RDV entre 1966 et 1969. Chaque étape se consacre à une année : 1966, 1967, 1968 et 1969. Ces étapes sont bâties schématiquement de la même manière : une présentation chronologique des formes de soutien chinois à la RDV, une présentation du soutien de la RPC à la RDV tel qu’énoncé dans les interactions bilatérales sino-nord-vietnamiennes retrouvées dans le corpus de sources et les interprétations du soutien chinois pour la période visée tel que mis de l’avant par les historiens et les historiennes ayant travaillé sur le sujet. Enfin, la dernière étape consiste à présenter les résultats de cette recherche, c’est-à-dire identifier les intérêts du gouvernement chinois influençant la manière dont la RPC participe à la Guerre du Viêtnam entre 1966 et 1969.

Pour chacune des années à l’étude, les intérêts du gouvernement chinois varient. Certains thèmes sont récurrents, toutefois, mais il ne semble pas y avoir de ligne directrice précise. En 1966, les des dirigeants chinois semblent désireux de valider les idées du chef d’État chinois Mao Zedong. Avec le déclenchement de la Révolution Culturelle, cet intérêt, jumelé avec les aspirations chinoises de grand frère communiste, apparaît d’autant plus important pour les dirigeants chinois. Durant l’année 1967, la relation sino-nord-vietnamienne se transforme. La compétition à l’armement de la RDV menée par l’URSS et la RPC exacerbe les différences d’opinions entre les dirigeants chinois et nord-vietnamiens. Par ailleurs, les dirigeants de la RDV montrent en 1967 des intérêts en Indochine qui n’étaient pas compatibles avec ceux des dirigeants de la RPC. Les perspectives d’encerclement de la RPC constituent également des enjeux importants pour les dirigeants chinois. Ils le disent eux-mêmes. Lorsque 1968 arrive, il devient évident que l’idée de Mao Zedong selon laquelle les États-Unis sont faibles est erronée. En avril 1968, lorsque les dirigeants nord-vietnamiens acceptent de négocier avec les États-Unis, la participation chinoise au conflit évolue sévèrement. Dès lors, les multiples intérêts du gouvernement chinois soulevés jusqu’à présent apparaissent à portée de mains par le biais d’un seul geste, à savoir un rapprochement avec les États-Unis, et ce, même au détriment d’un ancien allié.

Président des États-Unis Richard Nixon et Premier Ministre chinois Zhou Enlai, 1972. John Dominis, Time Life Pictures, Getty Image.